Home » News

Deux poids deux mesures. C’est bientôt Halloween. En commémoration des défunts, The Bridge Magazine dans sa rubrique Crimes et préventions suggère des amendements à un système judiciaire international défaillant et corrompu, susceptible de plonger le monde dans un état rébarbatif de justice privée.

27 October 2014 1,312 views No Comment
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Certains noms ont été changés pour des raisons de confidentialité.

Scène de crime et identification judiciaire. The Bridge MAG. Image


Scène de crime et identification judiciaire. The Bridge MAG. Image

Coup de théâtre  à Gipsy Hill- Grande Bretagne.  Mme Mc Kenzie  tire et abat  à bout portant une  personnalité politique disculpée et  libérée  qui aurait violé et assassiné son  fils de six ans. Mr Smith  est soupçonné d’appartenir à un réseau  VIP de pédophilie.

Pendant ce temps à Pretoria (Afrique du Sud), la sentence est tombée pour le cas controversé  d’Oscar Pistorius : l’athlète sud-africain est condamné à 5 ans de prison, pour avoir tué par balles sa compagne Reeva Steenkamp.

Ces  décisions de justice paraissent légères vu  la gravité des faits reprochés aux accusés.  Ceci remet  en cause l’intégrité du système judiciaire international.

Absence de peine ou  peine choquante et inappropriée, les décisions de justice dans les deux cas  ne  reflètent pas  le caractère sacré de la vie humaine.

 L’intégrité du système judiciaire international reste très contestée.  La justice   serait-elle discriminative ? Tolérante  pour des idoles politiques, sportives  ou pour les nantis  tout court?

Le droit à un procès équitable est un droit essentiel dans tous les pays respectant la primauté du droit. The Bridge MAG. Image


Le droit à un procès équitable est un droit essentiel dans tous les pays respectant la primauté du droit. The Bridge MAG. Image

Le droit à un procès équitable  énoncé à   l’article 6 de la Convention européenne des Droits de l’Homme est-il ironique?

Ce problème de justice et statut social  ne date pas d’aujourd’hui. Le journaliste, écrivain Honoré de Balzac, (1799-1850) – qui a inspiré Zola et Proust- le décriait déjà en  ces termes :  

« Les lois sont des toiles d’araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites. »

Balzac a laissé l’une des plus robustes œuvres réunies sous le titre  romanesque de La comédie humaine (1829-1855).  À côté d’une aristocratie qu’il admirait, Balzac décrivait déjà  la montée de la bourgeoisie et la puissance de l’argent.

La corruption de la justice est aussi vieille que le monde.  

On reste subjugué si l’on compare le cas du politicien meurtrier qu’on libère à celui  du malade mental récemment condamné à Londres  à  dix mois de prison ferme pour n’avoir pas payé la taxe sur  l’habitat de sa chambre.

Ou encore le cas Pistorius  à  celui du jeune  condamné à Londres à six mois de prison pour avoir volé une bouteille d’eau pendant les émeutes d’Août 2011.

Cette Halloween  ou cette Toussaint selon les croyances et cultures,  nombreux sont ceux qui  commémorent les morts.

Pour certains, Halloween est une fête païenne aux origines druides, une secte celtique célébrée tous les  31 Octobre en commémoration des morts.

Pour éclairer leur chemin, ces prêtres portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlait une bougie faite de graisse humaine recueillie  de sacrifices précédents.

 Jack-O-Lantern. Halloween  hommage aux défunts.  The Bridge MAG. Image


Jack-O-Lantern. Halloween: hommage aux défunts. The Bridge MAG. Image

Halloween: le  moment idéal pour accorder une minute de silence en commémoration des  défunts. Mais combien décèdent de mort naturelle?

Beaucoup poseront encore une gerbe de fleurs  sur la tombe de leurs proches  avec le souvenir  amère, qu’un membre de la famille ou une accointance avait  été assassiné.

Le souvenir le plus aigre pour les familles  des victimes, c’est qu’elles  engagent des procès sans suite : elles sont souvent laisées par un système judiciaire  corrompu.

En général, l’absence d’un système judiciaire loyal  entraine le recours à la vendetta   pour rétablir la justice.

Dans une interview  accordée à  The Bridge Magazine, le 15 Septembre 2014, Mme McKenzie, libérée de prison après avoir purgé la moitié de sa peine pour avoir tué  le meurtrier de son fils, nous explique pourquoi elle a eu recours  à une justice  privée.

 « Pendant le procès,   le meurtrier de mon fils a donné des  détails jamais révélés, publiquement que seul le vrai meurtrier pourrait savoir. Je n’ai pas de remords. C’était la seule chose à faire pour rendre  justice à mon fils et empêcher cette crapule de faire  d’autres victimes.  Le pauvre est emprisonné pour des  menus larcins le riche  libéré pour assassinat. C’est bien dommage »

Selon les récentes  statistiques de la Federal Bureau of Investigation (FBI)  le taux de criminalité internationale a considérablement augmenté ces dernières décennies. 

De la Grande-Bretagne en Afrique du Sud,  les représailles semblent l’ultime recours à un système judiciaire qui lèse les pauvres.

Pistorius a été menacé d’assassinat  par un ancien prisonnier   Khalid Subjee, Alias le général des 26 prisons de Pretoria,  nommé ainsi  pour avoir fait 33 ans en prison.

Subjee prévoit  une vengeance violente à Pistorius s’il bénéficie  d’un traitement de faveur en prison.

Dans un article intitulé :   ‘ j’aurai ta peau’  publié  le jeudi 16 Octobre 2014,  les  journalistes Benoît Moore et Jane Flanagan citent   le général :

“J’ordonnerai l’assassinat de Pistorius, si jamais le champion paralympique recevait un traitement de faveur en prison”.

Le système judiciaire international devrait être intègre pourtant la corruption de la justice est aussi vieille que le monde. The Bridge MAG. Image


Le système judiciaire international devrait être intègre. Pourtant,
la corruption de la justice est aussi vieille que le monde. The Bridge MAG. Image

I – Le respect du droit à un procès équitable reste un principe fondamental des droits de l’homme.

Le respect d’un des grands principes des  droits de l’homme dans le contexte d’un procès équitable est toujours d’actualité;

L’article 6- 1 de la Convention européenne des droits de l’homme prévoit que:

” Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi… “

Le droit à un procès équitable est un droit essentiel dans tous les pays respectant la primauté du droit. Tout criminel est appelé à répondre de ses actes en justice quel que soit son statut social. Ceci est l’une des clés  indispensables à   la prévention des crimes et de la baisse du taux de criminalité  dans monde.  Un crime impuni se reproduirait ou  provoquerait  des représailles.

  1. La discrimination en Justice selon le statut social de l’accusé est susceptible d’entrainer une justice privée et un taux de criminalité élevé.

La Justice qui doit  être le premier domaine exonéré de tout rapport avec la richesse  est malheureusement pervertie par celle-ci. Le nanti accusé  de crime  fera jouer ses relations : faire pression, acheter certaines presses, corrompre le juge, le journaliste. La richesse d’un accusé reste le nerf du conflit, surtout que  les frais de justice  qu’engendre un procès ne sont pas toujours à la portée du pauvre.

Le législateur devrait  y  réfléchir dans le cadre d’une réforme de  la Justice.

III. Pour un système judiciaire équitable et une  décision de justice rendue en toute indépendance sous aucune influence du statut social

Vers qui se tourner quand un système judiciaire est défaillant?

L’un des pionniers  à mener une lutte sans merci  à la discrimination judiciaire est

Le philosophe italien du XVIIIe siècle Cesare Beccaria (1739-1794). Dans son célèbre traité, Des délits et des peines il  fonde le droit pénal moderne.

Ci-dessous, les trois moyens qu’il propose pour lutter contre le crime :

1) la répression devrait avoir un effet préventif (dissuasion), pas une fonction punitive.

2) la répression doit être proportionnelle à l’infraction commise.

3) Les procédures de condamnations pénales devraient être publiques, et pour être efficace, la punition doit être rapide.

En somme, dans un état moderne, l’idéal est d’avoir recours au législateur et non  à la loi du talion.  Pour ce faire,  l’équité de traitement entre le riche et le pauvre doit être à la base de la réflexion judiciaire. Le résultat de toute procédure judiciaire devrait  être prononcé avec la plus grande liberté et la plus grande distance face aux patrimoines respectifs de la victime et de l’accusé.

La victime et l’accusé   doivent être traités comme deux anonymes, défendus chacun par des avocats qui ont les mêmes pouvoirs et les mêmes règles. C’est faisable ce n’est pas utopiste.

L’éditrice

Rachel Tcheungna

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

 Nick Foles Womens Jersey Ryan McMahon Authentic Jersey