Home » News

La gâchette facile : Gaza, l’étau se resserre. Boko Haram, brutalité absurde et désarroi au Cameroun et au Nigeria. Non, il ne s’agit pas d’un bestseller policier ; la menace est réelle, la terreur persiste dans le monde. Tout sur l’effroyable et hideuse vérité du jeu machiavélique des industries d’armements.

27 August 2014 2,499 views No Comment
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
"Tout le monde semble particulièrement préoccupé de mettre fin au terrorisme. Eh bien, il existe un moyen très simple: cesser d'y participer". Noam CHOMSKY ‘le plus important intellectuel de notre époque.’ The Bridge MAG. Image

“Tout le monde semble particulièrement préoccupé de mettre fin au terrorisme. Eh bien, il existe un moyen très simple: cesser d’y participer”.
Noam CHOMSKY ‘le plus important intellectuel de notre époque.’
The Bridge MAG. Image

A la suite  de   son  désaccord sur la  politique de son gouvernement sur Gaza, l’une des icônes des Conservatives Britanniques Baroness,  Sayeeda Warsi, démissionne contre toute attente,  soulevant des polémiques. Dans le même repère temporel, le Président du Cameroun,  S.E. Paul  Biya,  lors  du 23ème  sommet de l’Union Africaine de Malabo  consacré aux problèmes de paix et de sécurité en Afrique et dans le monde condamne avec véhémence les actes de violence perpétrés par le  groupe terroriste Boko Haram. Le monde, en proie à une crise de terreur et de violence meurtrière  a-t-il perdu la boussole éthique? 

Le conflit de Gaza a longtemps défrayé la chronique et s’étend de la fin du 19e siècle à nos jours.  La naissance  et l’existence ambiguë  de l’organisation  terroriste Boko Haram quant à  elle,  trouve sa source dans la région nord-est du Nigeria depuis 2002.

Le  conflit de Gaza et la secte Boko Haram ont en commun  la violation flagrante des droits de l’homme, l’usage abusif et barbaresque  des armes de guerre sur des centaines de milliers de populations civiles, innocentes et vulnérables.

L’ennui c’est que le spectre du capitalisme à outrance, tel un charognard, plane et se nourrit des victimes par le biais du commerce sordide et très lucratif des  industries d’armements.

C’est La folie des grandeurs : les industries d’armements sont les nouveaux seigneurs du monde.

Le 19 Juillet 2014, Noam Chomsky, l’une des figures emblématiques des radicaux américains, dans son article intitulé : Les souffrances de Gaza, les crimes d’Israël et notre responsabilité, publie :

‘‘Dans un quartier tranquille, sans objectifs militaire… 
à l’exception des Palestiniens qui sont des cibles faciles pour la machine de guerre ultra-moderne qu’Israël possède grâce aux Etats-Unis… 70 pour cent des ambulances ont été détruites, on comptait 70 morts et plus de 300 blessés, dont environ deux-tiers sont des femmes et des enfants.
Et tout ceci continuera tant qu’Israël sera soutenu par Washington et toléré par l’Europe – à notre grande honte.’’

Linguiste, philosophe, activiste et penseur politique américain d’origine juive, Mr Chomsky est  devenu mondialement célèbre  pour  ses critiques de la politique étrangère des Etats-unis et autres pays.

Pour  le New York Times Chomsky a été  considéré le plus important intellectuel de notre époque  et par d’éminentes  revues anglo-saxonnes l’intellectuel contemporain le plus influent.

Au sujet de Boko Haram, le Chef de l’Etat du Cameroun S.E. Paul Biya,  lors de son Intervention à  la session publique du 23ème  sommet de l’Union Africaine  le 27 Juin 2014, déclare :

La naissance et l’existence ambiguë de l’organisation terroriste Boko- Haram. (2002- 2014) The Bridge MAG. Image

La naissance et l’existence ambiguë de l’organisation terroriste Boko- Haram.
(2002- 2014) The Bridge MAG. Image

‘‘Qu’il soit terrestre ou maritime, que ses agissements soient proches ou éloignés, le terrorisme reste le terrorisme. Il défie les règles du monde civilisé qui prône la fraternité et la tolérance. Son comportement est inspiré par la haine et ses moyens ceux de la force brutale. Sa victoire serait celle de l’obscurantisme et de la régression. Face à ce péril, il n’y a pas d’hésitation possible. Il faut faire front.’’

Boko haram est un  mouvement religieux né  au Nigeria. Fondé en 2002 par Mohamed Youssouf, le groupe est considéré comme une secte de mouvance salafiste défendant  une version radicale de l’Islam. Le groupe attaque, procède à des enlèvements d’écoliers  et assassine des populations civiles.

Classé  comme organisation terroriste par les Etats-Unis en 2013, ‘Boko Haram’ en langue haoussa signifie l’éducation occidentale est un péché  donc interdite par ricochet.

Selon les récentes statistiques, le mouvement a enlevé des centaines d’écoliers et  fait 5000 victimes entre Juillet 2009 et Juin 2014.

L’Union Africaine a vivement condamné les actes de violence perpétrés le 27 Juillet 2014  à Kolofata, dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun. Le bilan : plusieurs  morts et  otages.  Parmi les otages,  l’épouse du vice-Premier ministre du Cameroun chargé des relations avec le Parlement, Amadou Ali.

En cas de crise globale,  qu’il s’agisse de terrorisme ou de guerre, quelles que soient les raisons, le monde entier, dans un élan  de solidarité devrait être prompt à prendre des mesures d’urgences pour mitiger les pertes humaines.

Le Chef de L’Etat du Cameroun SE Paul BIYA reçoit le Vendredi 6 Juin 2014, le prix prestigieux de l’Union Panafricaine des Avocats (UPA) pour la résolution pacifique des conflits. The Bridge MAG. Image

Le Chef de L’Etat du Cameroun SE Paul BIYA reçoit le Vendredi 6 Juin 2014, le prix prestigieux de l’Union Panafricaine des Avocats (UPA) pour la résolution pacifique des conflits.
The Bridge MAG. Image

Sur l’échiquier international, dans la logique de ses  récentes  réalisations relatives à la diplomatie, la paix et à la sécurité en Afrique et dans le monde,  le président Biya a fait ses preuves par rapport à ses pairs Africains, Asiatiques, Américains et Européens.

Fin  négociateur,  ambassadeur et garant  de paix, c’est dans cet esprit qu’il  reçoit le Vendredi 6 Juin 2014,  le  prix prestigieux de  l’Union Panafricaine des Avocats (UPA) pour  la résolution pacifique des conflits. Le prix a été remis par l’ancien président de la République d’Afrique du Sud, Thabo Mbeki, invité d’honneur de l’UPA,  en présence d’une délégation des membres de l’UPA conduite par le président de cette instance, Me Akere Muna, et la présidente de Transparency International, Mme Huguette Labelle.

Etaient aussi présents  à  cette cérémonie, certains proches collaborateurs du Chef de l’Etat: le Vice-PM Amadou Ali,  le Ministre des Relations Extérieures, Pierre Moukoko Mbondjo, le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, le Ministre délégué auprès du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Jean Pierre Fogui , le Directeur adjoint du Cabinet Civil, Joseph LE, et le Conseiller spécial à la Présidence de la République, Luc Sindjoun.

Dans son discours, pour  exprimer sa profonde gratitude pour ce prix, le  Président Biya  réitère :

‘‘ La paix dans le monde ne pourra être assurée que si la communauté internationale fait de la solidarité une des valeurs fondamentales des relations entre nations.

D’autre part, les conflits, qu’ils soient internes ou qu’ils opposent des entités étatiques, nuisent au décollage économique des Etats africains et à leur développement en général.’’

Propos valables aussi bien  pour le progrès de  l’Afrique que pour la géostratégie et la stabilité internationale.

Ce prix n’est pas un évènement fortuit : c’est une longue histoire.  Le Cameroun a une identité assez atypique. Il ne rentre pas dans le moule stéréotypé  de pays africain victime  du choc des civilisations ou d’abâtardissement  culturel, meurtri par la guerre et la famine.

Le Cameroun a une histoire de plus de quarante années de paix qui ne risque pas d’être ébranlée  à  plus d’un titre.

Apparemment, les camerounais en général  appréhendent les notions de politique, d’élection, et de démocratie avec beaucoup de philosophie, de  maturité d’esprit et de recul par rapport à d’autres pays d’Afrique pour plusieurs raisons.

Raisons académiques.

‘‘Qu’il soit terrestre ou maritime, le terrorisme reste le terrorisme. Il défie les règles du monde civilisé... Sa victoire serait celle de l’obscurantisme et de la régression.’’ Le Président BIYA. The Bridge MAG. Image

‘‘Qu’il soit terrestre ou maritime, le terrorisme reste le terrorisme. Il défie les règles du monde civilisé… Sa victoire serait celle de l’obscurantisme et de la régression.’’ Le Président BIYA. The Bridge MAG. Image

Le  Chef de l’Etat  du Cameroun a un profil robuste.  Il est diplômé  en Sciences politiques de  l’Institut des hautes écoles d’Outre-mer et  de la Sorbonne en France. La Sorbonne est l’équivalent d’Oxford au Royaume Unis ou  Harvard aux Etats Unis. Ceci fait de lui l’un des rares Présidents africains de sa génération  à avoir un parcours académique assez étoffé.

Tout comme leur président, la majorité  des membres du gouvernement  camerounais et de l’intelligentsia camerounaise ont un brillant parcours académique. Plusieurs ont  été à l’école occidentale  et ont des diplômes d’études supérieures.  Les trois quarts de  l’intelligentsia camerounaise ont soit une licence,  un diplôme de troisième cycle, un doctorat ou une agrégation dans les disciplines suivantes : le Droit, les Sciences Economiques ,Politiques et Administratives, Lettres, Philosophie et  Sciences Sociales, Télécommunication, Informatique ,  Information et Culture, Mathématiques,  physique, et Statistique, Anthropologie,  Marketing,  Médecine et Pharmacie,  Biologie et Sciences de la terre, Finance, Banque…

Un récent indicateur de la banque mondiale évalue  le taux d’alphabétisation total  au  Cameroun à 83,3%.

Selon la banque mondiale, le taux d’alphabétisation est le pourcentage de personnes capables de comprendre, de  lire  et écrire un texte succinct et simple dans leur quotidien.

Raisons culturelles

Le Camerounais en général a une attitude assez stoïque qui lui permet  de gérer aisément tout  métissage culturel. Il comprend et reconnait les valeurs fondamentales inhérentes à  sa  culture.  Ceci  lui permet de mieux appréhender la philosophie étrangère,   de se projeter et de mieux s’intégrer   dans un monde qui se meut sans cesse.

Raisons ethniques

Les Camerounais, même  par  l’ironie du sort sont  forcés  à maintenir la paix et la coopération ethnique pour un intérêt commun.  La diversité tribale   du Cameroun à bien des égards  est un élément  de dissuasion permanente contre les conflits internes: avec 250 tribus et groupes ethniques les camerounais comprennent que des querelles ethniques  à la Rwandaise pourraient s’avérer apocalyptique pour leur  nation.

Raisons géopolitique, géostratégique,  et sur le plan  du commerce international.

Les pays voisins du Cameroun et les investisseurs étrangers ont aussi intérêt que la paix y soit préservée.  Potentiel  meilleur Hub d’Afrique Centrale et Occidentale, le  pays est en pleine expansion économique et commerciale.

C’est la raison pour laquelle Yaoundé, la capitale du Cameroun avait été choisie pour abriter les 24 et 25 Juin 2013  le sommet  sur la Sureté et la Sécurité Maritimes dans le Golfe de Guinée. Sommet auquel participaient 25 chefs de gouvernements.

Si l’on revient sur Gaza,

‘‘Oubliez le parrainage anglo-américain secret des djihadistes comme ‘‘rempart’’ contre le contrôle démocratique du pétrole.’’ John Pilger Hidden Agendas du français ‘Programmes secrets’ The Bridge MAG. Image

‘‘Oubliez le parrainage anglo-américain secret des djihadistes comme ‘‘rempart’’ contre le contrôle démocratique du pétrole.’’
John Pilger Hidden Agendas du français ‘Programmes secrets’
The Bridge MAG. Image

Le journaliste John Pilger a reporté le conflit de Gaza pendant plusieurs décennies en direct. Il a produit deux films documentaires qui relatent les faits, avec un intervalle de 25 ans entre les deux films.

Pour mieux mettre en exergue la situation de crise  immuable, Pilger  attribue des titres  identiques aux deux films. Seule la  mention 1 et 2 les différencie pour ne pas qu’on les confonde. [Palestine is still the issue I, Palestine is still the issue II] du français. ‘ Le conflit Palestinien stagne

 Pilger  résume le conflit en ces termes :

La vérité est plus puissante maintenant que jamais.  On dit rarement aux téléspectateurs que les Palestiniens sont victimes d’une occupation militaire illégale. 

 Nous savons maintenant que la destruction par Israël d’une bonne partie du Liban avait été conçue à l’avance. Comme l’a écrit l’ancienne analyste de la CIA Kathleen Christison, la récente « guerre civile » à Gaza était en réalité un coup visant le gouvernement élu, dirigé par le Hamas, coup monté par Elliott Abrams, le sioniste qui gère la politique américaine à l’égard d’Israël et criminel déclaré coupable, de l’époque de l’Iran-Contra.

Le nettoyage ethnique de la Palestine est autant la croisade de l’Amérique que celle d’Israël. L’administration Bush avait  annoncé l’octroi d’une « offre d’aide » de 30 milliards de dollars à Israël, la quatrième plus grosse puissance militaire au monde, une force aérienne plus importante que celle de la Grande-Bretagne, une puissance nucléaire plus importante que la France. Aucun pays sur terre ne jouit, comme Israël, d’une telle immunité, lui permettant d’agir impunément. Aucun autre pays n’a un tel passif de non-respect du droit : pas une des tyrannies du monde n’en approche. Des traités internationaux comme le Traité de non-prolifération du nucléaire, ratifié par l’Iran, sont ignorés par Israël. Il n’y a rien de semblable dans l’histoire des Nations Unies. 

Après avoir volé la majorité de la Palestine, attaqué par surprise le Liban, affamé le peuple de Gaza et construit un arsenal nucléaire illégal, Israël est épargné par la campagne de désinformation en cours visant à installer des régimes pro-occidentaux à Damas et Téhéran.

Par John Pilger

Pilger est un célèbre journaliste d’investigation australien basé à Londres. Il est sans doute l’un des  journalistes  les plus honnêtes,  rigoureux et intègre que sa génération ait jamais connus.

La vérité sordide: les  ‘marchands de la mort’ et la débâcle éthique  du capitalisme à outrance.

De  l’imbroglio de Gaza à  la naissance ambiguë et au  règne de Boko Haram, le commerce des  industries d’armements bourgeonne.

Les   vrais coupables  des atrocités des  conflits armés dans le monde sont les industries d’armements. Le grotesque paradoxe du capitalisme c’est que la vente des armes est désormais au cœur  de toute l’activité économique.

Devenus monnaies  d’échange par excellence,  les  blindés et bombardiers sont désormais  conçus et fabriqués exprès  pour les échanger avec des produits énergétiques tels que le pétrole,  le gaz, les matières premières ferreux, substances radioactives.

Au chapitre 2 d’un de ses bestsellers intitulé Hidden Agendas, ‘Flying the Flag, Arming the World’ (en français «  Programmes  secrets : vénérer le drapeau, armer le monde »), Pilger dénonce :

«  L’Angleterre est aujourd’hui le second plus grand exportateur  d’armes dans le monde après les Etats-Unis. Il n’y a pas un autre secteur économique d’exportation où la Grande Bretagne  excelle tant. Le premier  richissime dealer d’armes  que le monde ait jamais connu était Sir Bazil Zaharoff,   C’est à l’époque de Sir Zaharoff,    que le terme  ‘marchant de la mort’  devient usuel.

Zaroff  avait très vite établit le lien entre les armes et le pouvoir, la diplomatie et  l’espionnage, la corruption et la notion de vénérer le drapeau. Peu importe de quel drapeau il s’agira.   “ Je provoque  les guerres pour vendre des armes au maximum  aux deux parties adverses afin de faire doublement fortune ” déclarait-il » 

Gaza, le bilan humain s’alourdi. Gaza, l’imbroglio ou l’affaire Dreyfus de  l’ère moderne. The Bridge MAG. Image

Gaza, le bilan humain s’alourdi. Gaza, l’imbroglio ou l’affaire Dreyfus de l’ère moderne. The Bridge MAG. Image

C’est  donc à juste titre que Chomsky déplorait :

“Tout le monde semble particulièrement  préoccupé  de mettre fin au terrorisme. Eh bien, il existe un moyen très simple: cesser d’y participer”.

En effet, si on n’attise pas le feu, il s’éteindra de lui-même.  Forcément.

Les  ‘‘marchants de la mort’’ ont fait de Gaza, un imbroglio ou  l’affaire Dreyfus de l’ère moderne,  à telle enseigne que  prendre parti c’est  faire preuve de beaucoup de zèle ou  d’audace.

Il n’y a pas de parti à prendre mais plutôt  des âmes à sauver.  Les protagonistes de guerres et de violence sont malheureusement  souvent manipulés. Seules les industries d’armement  font fortune du carnage.

Pourtant,

Le 10 Août 2014, The Bridge Magazine signait une pétition en ligne initiée par  Veronica Vickery  de  Cornwall – Grande Bretagne. La pétition avait pour but de faire pression sur le gouvernement britannique de venir urgemment en aide aux sinistrés  de Gaza.

Cette  pétition a recueilli 73,485 signatures ce jour.

L’élan de solidarité et de  compassion humaine  avec lequel les  populations civiles,  les associations humanitaires et  organisations non gouvernementales du monde se sont indignées, prouve  que l’essentiel en temps de crise c’est d’amoindrir les pertes humaines.

Alors que le monde essaie de réaliser l’ambitieux projet  des Objectifs du Millénaire pour le Développement de 2015, le bilan des pertes en vie humaine du conflit  de Gaza et du  terrorisme de Boko  Haram  au Cameroun et au Nigeria s’alourdit paradoxalement sans solution apparente.

En tant que  humains, liés   par un même destin,  nous sommes tous embarqués  dans un même bateau : pour aller jusqu’au bout de la métaphore, si nous faisons fi des crimes de guerre et du bilan du terrorisme, en prétextant de ne pas être directement concerné(e), le bateau heurtera l’iceberg. 

L’éditrice

Rachel Tcheungna

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.