Home » Urban Legend

Croyances et Légendes : ‘Strange people, Strange culture’ du français ‘Autres gens autres mœurs’. Déjà sélectionné et publié dans un livre de Fictions et Poésies Ripple en 2008 (p17-18) par Kingston University Press à Londres, le texte relate une histoire vécue par l’éditrice de The Bridge Magazine dans sa tendre enfance. Explorez les origines et les influences de l’intrigue.

27 August 2017 3,176 views 5 Comments
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
 ‘Nessie’ ou le Monstre polymorphe Loch Ness, qui sème la terreur en Ecosse. Dépeint par un chirurgien et photographe amateur londonien comme une créature marine, au corps semblable à celui d’un long "serpent" énorme émergeant des eaux. The Bridge MAG. Image


‘Nessie’ ou le Monstre polymorphe Loch Ness, qui sème la terreur en Ecosse. Dépeint par un chirurgien et photographe amateur londonien comme une créature marine, au corps semblable à celui d’un long “serpent” énorme émergeant des eaux.
The Bridge MAG. Image

De la peur du Monstre du Loch Ness en Ecosse au fantôme de l’Opéra à Paris, les nouvelles  de Fetba  à l’ouest du Cameroun bravent le détail géographique pour faire écho au-delà des frontières.

Le dictionnaire de l’internaute définit les  contes et légendes  comme  des histoires composées d’aventures imaginaires qui mettent en scène des êtres aux prises avec des situations très étonnantes et déstabilisantes … ‘Elles ont pour point de départ un fait historique qui fut transformé, amplifié par la tradition orale’.

Pour Georges Orwell, “les  mythes auxquels on croit ont tendance à se réaliser”. George Orwell (1903 – 1950) est le pseudonyme du journaliste,  romancier et essayiste britannique Eric Arthur Blair.

Les contes et légendes du genre Blanche Neige et les sept nains ou le Chat botté seraient des contes de fées contemporains.  Transférés de génération en génération par tradition orale, ils se terminent généralement  par une leçon de morale.

Des contes et  légendes  aux dénouements atypiques.

  • ‘ Nessie’ ou le Monstre du Loch Ness

‘Nessie’ est mieux connu sous le nom du  Monstre polymorphe Loch Ness, qui sème la terreur  en Ecosse. Dépeint pour la première fois   par un  chirurgien et photographe amateur londonien comme une créature marine,  au corps semblable à celui d’un  long “serpent”  énorme  émergeant des eaux.

  • Le Fantôme de l’Opéra.
 Le Fantôme de l’Opéra a toujours été dépeint comme un jeune homme défiguré portant un masque pour camoufler la partie handicapée voire inhumaine de son visage. The Bridge MAG. Image


Le Fantôme de l’Opéra a toujours été dépeint comme un jeune homme défiguré portant un masque pour camoufler la partie handicapée voire inhumaine de son visage.
The Bridge MAG. Image

Selon la légende, un jeune pianiste aurait été défiguré dans un incendie qui a coûté la vie à sa fiancée, une jolie ballerine. Le  fantôme du dit pianiste serait  un homme machiavélique qui  hanterait fréquemment  l’Opéra Garnier de Paris.

Le fantôme de l’opéra a toujours été dépeint comme un jeune homme défiguré portant un masque pour camoufler  la  partie handicapée voire inhumaine  de son visage.

Certains contes et légendes ont inspiré d’innombrables livres et films.

‘ Strange people Strange culture’ est de ceux-là.

‘ Strange people Strange’ : publiée (2008 p17-18)  dans Ripple un livre de  Fictions et Poésies par Kingston University Press à Londres Explorez les  origines et les influences de l’intrigue.

 ‘Autres gens autres mœurs’

‘Pendant que nous jouions à cache-cache, la mère de Carole apprêtait le déjeuner.

Ma grand-mère m’avait déjà appelée à deux reprises.

La promiscuité des cases était telle qu’elle n’avait pas besoin de crier pour se faire entendre, mais  je faisais la sourde oreille.

L’arôme  du bouillon de  Tilapia chatouillait mes narines et aiguisait davantage mon appétit.

Il était midi, j’avais un petit creux et donc une  folle envie de partager le repas avec  Carole.

Je souhaitais vivement que ma grand-mère soit absorbée  dans ses multiples tâches. C’est ce qui se  produisit.  Elle continua à  nourrir les poules, les canards et les chèvres de la basse-cour  au point d’oublier de me rappeler.

La voix de ma grand-mère ne se fit plus entendre.

Le déjeuner était prêt chez les Carole. En réalité, je n’avais pas  besoin d’une invitation spéciale pour déjeuner chez mon amie.

Il suffisait soit de s’y retrouver à l’improviste, soit de créer la coïncidence à   l’heure du repas et le tour était joué.

Ma mère me tuerait si elle imaginait que je forçais l’invitation à déjeuner chez mon amie.

Elle ne se lassait jamais de rappeler qu’il était mal venu de se retrouver à l’improviste chez des étrangers aux heures de repas, et qui plus est,  de forcer subtilement son invitation à déjeuner.

‘Plantains murs, bananes vertes ou riz blanc comme  accompagnement?’ Demandait  la mère de Carole.

Je répondais : ‘Plantains murs, s’il te plait’,  Tout en gardant le regard scandé aux mouvements de va et vient de la spatule en bois  de la casserole de bouillon  à  l’assiette de chacun.

 Fetba, à L’ouest du Cameroun : village situé dans le groupement et l’arrondissement de Bazou. /Département du NDE. The Bridge MAG.Image


Fetba, à L’ouest du Cameroun : village situé dans le groupement et l’arrondissement de Bazou. /Département du NDE.
The Bridge MAG.Image

Une  façon astucieuse d’influencer, indirectement la mère de Carole pour ne pas qu’elle me serve un maigre morceau de poisson.

Je m’apprêtais  à saisir  l’un des plus gros morceaux lorsque la mère de Carole me rappelait de me rincer les doigts avant le repas.

Quel rabat-joie ! J’ai horreur qu’on  me freine l’appétit. Pourquoi  insister sur des détails si futiles ?

J’ai souvent mangé des mangues vertes, presque mûres, mûres, tombées des arbres ;  des noix et graines  avec des mains pleine de boue.

Une fois les mains propres, je m’apprêtais à manger, mais il y avait un silence lourd,  presqu’inconfortable. Le genre de silence propre aux  films western lorsque  le cowboy  tireur d’élite débarque dans la petite ville.

Pour rompre le silence et détendre l’atmosphère, je  posais une question rhétorique : Quelle variété de poisson  est-ce ?

Tu rigoles ou quoi? Reprit Carole. Tu es vraiment drôle pour tout dire.

Sa chair, son arôme ressemblent à celle du poisson,  mais ce n’est pas du poisson.

C’est l’une des variétés de chair de serpent des plus succulentes qui soit.

 Mon sang  ne fit qu’un tour. Je tremblais comme une feuille qui se détache d’un arbre.

J’avais des crampes au ventre.   J’avais certes  le ventre presque vide mais la brutalité de la surprise me fit renvoyer systématiquement tout ce que j’avais mangé l’avant-veille.

J’avais pleuré toutes les larmes de mon corps. Nous ne mangeons pas de serpent dans notre tribu. Il se pourrait que les personnes ayant franchi le Rubicon, soit par curiosité ou par gourmandise, aient développé une peau de serpent sur certaines parties du corps.

Aussi loin que remonteraient mes souvenirs d’enfance, je me souviens d’avoir vu des gens avec des peaux de reptiles sur les doigts, les épaules et les pommettes.’

Que ce soit une peur justifiée ou de la simple superstition, il s’agit là d’une autre question. Mais on s’accorde plus ou moins sur un fait : de la Grande Bretagne au Cameroun en passant par la France, les contes et légendes se perpétuent de génération en génération, selon qu’ils  soient abrégés, dramatisés, altérés, ou embellis au fil du temps par  la tradition orale.

 

L’éditrice

Rachel Tcheungna

 

5 Comments »

  • Djomo Robert said:

    Félicitations. Il fallait de l’originalité pour que le jury porte son choix sur ton histoire.
    Loin d’avoir les connaiséances sur la critique littéraire, l’histoire est à la fois un mélange de légende et du vécu avec un style accessible à tous, d’où son originalité pour ma part
    Un seul mot : persévérance .

    Bt.

    • Rachel Tcheungna said:

      Cher M. Djomo,

      Merci de partager votre opinion et pour vos mots gentils.
      Le journalisme est une courbe d’apprentissage.
      Les avis des lecteurs, qu’ils soient positifs ou non,
      servent de reflet du miroir pour parfaire l’ouvrage
      Merci pour vos encouragements.

      Bien cordialement

      L’éditrice.

  • The Word Point said:

    Businesses are erasing the boundaries between nations and as a outcome, communication compete with the
    chief part in expanding your reach as entrepreneur.
    Communication, in this be important, is the genius to translate between any
    cant brace there is and the transfiguration services boom has made it even easier.
    You just from to change sure-fire the flock you trusteeship your
    transference offers fair accommodation, which can be verified close checking the reviews of the fastidious one.

    • Rachel Tcheungna said:

      Dear Ruby,

      Many thanks for your comment.
      Have a great week ahead.

      Kind Regards,

      The editor

  • textiles said:

    I have been exploring for a little for any high-quality articles or
    weblog posts in this sort of house . Exploring in Yahoo I
    ultimately stumbled upon this site. Studying this info So
    i am satisfied to show that I have a very good uncanny feeling I found out just what I needed.
    I such a lot unquestionably will make sure to don?t disregard this website and
    give it a look regularly.

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.