Home » Urban Legend

Croyances et Légendes. Le bel homme fortuné, la méchante sirène et le pêcheur énigmatique.

27 November 2014 2,512 views No Comment
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Les noms des personnes ont été modifiés pour des raisons de confidentialité.

 

Une boîte de nuit huppée. The Bridge MAG. Image


Une boîte de nuit huppée. The Bridge MAG. Image

Un homme riche s’est trouvé embarqué dans une histoire d’envoûtement de sirène, après  avoir passé une nuit d’amour  avec une dame distinguée  qu’il rencontre fortuitement dans une boîte de nuit huppée.

Demba est un homme  de la cinquante. Célibataire, charmant et  noble il est reconnu   pour ses vertus. Un soir, lorsqu’il rencontre Cecilia, une  jeune femme   ravissante de la trentaine, leur nature extravertie les rapproche.  Du  flirt  à  la tension sexuelle, comme dit l’adage, une chose  peut   entrainer  une autre…

Le lendemain matin, tout ce qui semblait être le début d’une grande histoire d’amour,  se transforme en véritable  cauchemar.  A  l’aube, Demba retrouve dans ses draps à  la place de la jeune dame, un poisson frais vivant qui se trémousse puis disparaît, et sur le mur de la chambre, une phrase effroyable écrite et signée  en  sang vermeil.

‘‘ A compter de ce jour, vous êtes maudit pour seize jours et seize nuits. Passé ce délai, si le sortilège n’est pas levé, vous mourrez. Vous serez désormais privé de tout ce qui pourrait   flatter l’imagination et l’amour propre. Vous serez  pis qu’un gueux  hideux.  Je suis la seule  à  mériter l’attention, le succès et la gloire.’’

 Déesse des  eaux.

Demba se précipita vers le miroir pour se rassurer que rien en lui ne clochait. Il était toujours  robuste avec des  traits réguliers. Par contre, il manquait quelque chose,  son collier ras de cou avait disparu.

Le collier en or portant l’initiale D était une tradition chez les Demba. Transmise de génération en génération du père au fils ainé. The Bridge MAG. Image

Le collier en or portant l’initiale D était une tradition chez les Demba. Transmise de génération en génération du père au fils ainé.
The Bridge MAG. Image

Le collier en or portant l’initiale D était une tradition chez les Demba. Transmise de génération en génération du père au fils ainé comme symbole magique  de protection contre  toutes  influences néfastes.

Demba avait été prévenu par son père de ne jamais ôter le collier sous aucun prétexte, même pas pour prendre son bain.  Malintentionnée, Cecilia  l’avait induit en erreur : il avait ôté le collier la veille, avant  qu’ils ne fassent l’amour.

Demba se tenait maintenant devant le miroir,  interdit, déconcerté et  anxieux.  Il se pinça les lèvres : non,  ce n’était pas un cauchemar, tout  était réel. Mais qui donc pouvait lui en vouloir à ce point ?

De nature plutôt courtoise, affable et modeste, Demba ne se souvenait pas d’avoir fait du mal à personne. 

Quelques minutes plus tard, la chambre  était envahie d’une odeur nauséabonde de poisson putréfié.  A  l’ instant d’un clignement d’œil, Demba était entouré  d’un essaim de mouches. Il comprit alors en quoi consistait  ladite malédiction.

Pourtant Demba avait encore à l’esprit  une  lueur d’optimisme.  Il était  émotionnellement  mature, avait  une haute estime de soi, une grande  confiance en soi et beaucoup de personnalité.

Il se souvenait encore de la fameuse citation d’Helen Keller  au sujet de l’espoir et de l’optimisme. A l’occasion de son septième anniversaire, sa mère lui avait offert  

un tableau portant l’illustre  citation de Keller qui se lit comme suit : “L’optimisme est la foi qui conduit à  toute réalisation; rien ne peut être accompli sans espoir  ni confiance en soi “

Helen Keller

Ces mots  ont largement  contribué à façonner ses croyances fondamentales de l’enfance à l’âge adulte:

Keller (1880-1968) était une  journaliste et académicienne d’origine   américaine.

A 19 mois, elle souffre d’une congestion cérébrale qui lui fait perdre l’ouïe,  la parole et la vue  à la fois. Elle surmonte  l’adversité  de la surdité, du mutisme et de la cécité,  et obtient un  diplôme universitaire.

L’histoire   et la détermination d’Helene Keller ont suscité l’admiration faisant  d’elle l’une des figures emblématiques  de l’humanisme du XXe siècle.

 Auteure de 12 livres et de nombreux articles entre autres  son autobiographie « Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie »  qui a inspiré la pièce, puis le film intitulé Miracle en Alabama.

La pression montait et les jours de Demba étaient comptés,  l’effet de l’envoûtement pesait  de tout son poids.

Les parents de Demba  avaient  effectué urgemment  un voyage en Egypte  pour consulter une clairvoyante aux grandes vertus surnaturelles capable de lever l’ensorcellement.

Cecilia, la créature aquatique maléfique hybride : mi- femme, mi- poisson sans âme ou conscience possédant des pouvoirs surnaturels. The Bridge MAG. Image

Cecilia, la créature aquatique maléfique hybride : mi- femme, mi- poisson sans âme ou conscience possédant des pouvoirs surnaturels. The Bridge MAG. Image

Selon la clairvoyante égyptienne, il fallait retrouver Cecilia ou le  collier en or :

Cecilia serait une sirène méchante et altière  qui  prendrait  du plaisir à amoindrir  et  détruire les autres pour se faire grandir.

Une  sirène est une créature aquatique  légendaire  souvent représentée dans la littérature et le cinéma  comme un  être  (hybride mi- femme, mi- poisson sans âme ou conscience)   possédant  des pouvoirs surnaturels.

Selon les  croyances,  certaines sirènes sont de bon augure et peuvent vous apporter de la providence du bonheur et de la fortune, d’autres  sont un mauvais présage, et entraînent malheur et mauvais sort.

Selon la clairvoyante  égyptienne, le collier était le lien  par lequel la méchante dame tenait leur fils en laisse et pouvait  à sa guise  exercer sur lui ses pouvoirs néfastes.

Retrouver  le collier était  la clef du mystère  pour dissiper la souillure.

Les jours passaient et les chances de survie de Demba s’amenuisaient.

De retour à leur domicile, les parents de Demba impliquèrent la police  mais  Cecilia, la dame à l’ origine de l’ensorcellement de Demba  restait  introuvable.

Pour certains, le charme, la fortune et le succès de Demba étaient  surnaturels. Il aurait fait un pacte  satanique avec le diable   et il était temps de payer la rançon.

Pour d’autres (proches, et accointance),  ce n’était  que des médisances. Demba  était de souche propre. Avenant, charmant et dévoué,  il tenait sa richesse de son acharnement au  travail et de son  sens de l’entreprenariat. Il méritait une vie décente.  Demba serait plutôt victime du mauvais œil, d’un regard  envieux et jaloux    source de haine, de destruction.

Pourtant les scientifiques ne croient pas en l’existence des sirènes.  Dans la théorie de l’évolution, poisson et humain ont des  charpentes  vertébrales  incompatibles pour constituer un même être.

Plus que deux jours qui restaient pour que sonne le glas pour  Demba  Il fallait agir promptement.

La clairvoyante  avait  recommandé à Demba de respecter  un rituel  le quatorzième jour à minuit passé de 7 minutes pour détruire les vibrations négatives de la méchante sirène.   Il devait prendre un  bain purificateur dans la rivière des ancêtres de son village, vêtu, chaussé  et paré de la même manière qu’il était quand il rencontrait Cecilia. Après une plongée dans la rivière, il  devait par la suite se déshabiller puis  abandonner  les vêtements, chaussures et accessoires   mouillés sur la rive, puis s’en aller nu comme un vers sans jamais regarder en arrière.

Demba et le pêcheur énigmatique. The Bridge MAG. Image

Demba et le pêcheur énigmatique. The Bridge MAG. Image

Demba suivit toutes les instructions de la clairvoyante.  Sur le chemin du retour, à l’autre bout de la rivière, il rencontra un pêcheur désespéré de faire une prise.  Surpris, Demba  s’exclama ‘‘Quelle étrange idée  de  pêcher à deux heures  de la nuit !’’ 

Et le  pêcheur de répondre,  quelle  étrange  idée de plonger dans la rivière richement vêtu et chaussé  juste après minuit, puis de repartir  nu en laissant sur la rive  vêtements et chaussures  trempés !’’

Le sang de Demba ne fit qu’un tour. Comment cela ! Il pensa tout bas.  J’étais pourtant seul pendant le rituel.

Pour rompre le silence et la gêne  Demba avait  demandé au pêcheur en  quoi il pouvait lui être utile.

Le pêcheur répondit: “N’avez-vous pas froid ? “

Puis, tout d’un coup, tous les  deux étaient interrompus par  le clapotement de l’eau: le pêcheur sursauta et fit  chut !!!  à   Demba et  lui  murmure qu’il n’avait  fait aucune prise depuis une semaine.

Les deux restaient sur le qui-vive.  L’hameçon semblait peser  à l’autre bout!

Le pécheur murmura encore à Demba :

‘Robuste comme vous êtes, un coup de main de vous serait salutaire.’

Demba fit la moue  en répondant   au pêcheur, ‘ j’ai vraiment pris un coup de froid.  j’étais supposé être de retour chez -moi,  mais bon !’

Ils avaient réussi à  tirer  le gros  poisson de l’eau.  La bête   bondit en faisant  une triple pirouette,  déterminée de rentrer dans la rivière.

Mais Demba  de ses deux mains neutralisait  fermement  le poisson sur le sable fin 

afin que le pêcheur lui tranche  la tête.

A peine le pêcheur avait levé  la main pour porter le coup que  le poisson se trémoussa  et rejeta  une chaîne en or. Demba établit  le lien en une fraction de seconde.

Il  criait au pêcheur avec véhémence: Arrêtez! Non ! Ne  lui  tranchez  pas  la gorge, ce poisson est mon rédempteur, il  m’a sauvé la vie! “

‘Êtes-vous  devenu fou ?’ rétorqua  le pêcheur:

” Je me meurs de ne pouvoir ramener du pain sec à mes enfants et vous me demandez de relâcher  à  l’eau une prise pareille ! Vous n’arrêtez pas de me surprendre.

 Si vous êtes émerveillé  par le collier en or prenez-le  voyons et  soyez prompt pour  que la bête ne nous glisse pas entre les doigts  “.

Demba avait retiré délicatement la chaîne de la gorge du poisson.  Grande fut son émotion à  la vue de l’initial D  sur le collier. Pour couper court, il supplia le pêcheur de laisser partir le poisson  et lui offrant en échange une de ses luxueuses maisons.

Flatté mais perplexe et  subjugué tout de même, le pêcheur accepta l’offre.

Le sortilège fut levé et  tout rentra dans l’ordre pour Demba.

Selon  la clairvoyante égyptienne, le poisson était une sirène de bon augure  qui aurait  réussi à reprendre  le collier de Demba  à Cecilia la méchante sirène,  pendant que celle-ci  errait encore probablement de  boîtes de nuit en boîtes de nuit avide de faire de nouvelles victimes.

Pour d’autres, la gentillesse et la reconnaissance de Demba envers le poisson qui avait retrouvé son collier  ont contribué à  détruire à jamais l’envoûtement.

Sans oublier son optimisme.  Il est de coutume que les personnes pessimistes génèrent des ondes négatives qui  compromettent leur chance de réussite et celle de leur entourage.

 Demba  était devenu un peu plus prudent.

Si les sirènes sont un mauvais présage  dans  le folklore britannique les habitants des îles du Pacifique voient en elles  des signes de bonne fortune. Draineuses  de chance ou pas, la mythologie des sirènes s’étend  à travers le monde.  Les  croyances et légendes sur  les sirènes  divergent selon qu’on se trouve  en Afrique centrale, au  Canada, en Chine ou en Israël.

Si  vous connaissez une histoire ou  légende  de sirène au dénouement  inattendu dans votre culture, n’hésitez pas à partager.

 

L’éditrice

Rachel Tcheungna

 

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.