Home » Love and Relationships

L’après St Valentin. Le lendemain des ébats amoureux. Cette Saint-Valentin, The Bridge Magazine met l’accent sur la vulgarisation des pratiques sexuelles non conventionnelles et les infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes.

28 February 2016 2,074 views No Comment
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

 

It might be time to turn up the heat and try out-of-the-box activities to arouse the fire on Valentine’s, but recent facts on Sexually Transmitted Infections (STIs) must raise eyebrows. The Bridge MAG. Image

Les statistiques récentes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur les infections sexuellement transmissibles interpellent même les plus distraits ou les moins avertis.
The Bridge MAG. Image

Alors que le monde célèbre la Saint Valentin le 14 février 2016, trois couples  sur sept interviewés  par The Bridge Magazine reconnaissent  avoir eu recours aux rapports sexuels non conventionnels. Soit pour  explorer sexuellement de nouveaux horizons, soit pour raviver le feu de leur idylle qui couvait sous la cendre. La Saint Valentin est traditionnellement considérée comme la fête des couples déjà formés autant que la fête de ceux qui recherchent l’âme sœur.

Le 13 février, dans un magasin de lingerie fine  à Londres, M.  David (pseudonyme) un client dans sa trentaine, s’ouvre   à The Bridge Magazine  en  nous donnant  l’opportunité  de partager son avis sur  la  vulnérabilité des couples  aux MST  dans le cadre de la St Valentin.

” Sans toutefois vouloir vous offenser,  je trouve inopportun, et  fort peu romantique de répondre à  une question relative aux infections sexuellement transmissibles la veille de la St Valentin. Je suis ici  uniquement pour acheter de la lingerie  en dentelle pour ma petite amie. Je vous remercie.’’

Tout feu toute flamme cette St Valentin, soit ! Mais force est de noter que c’est peut- être fort peu romantique de faire allusion aux maladies  sexuellement transmissibles la veille de la St Valentin. Pourtant,  c’est encore beaucoup moins romantique de choper une maladie sexuelle incurable le lendemain des ébats amoureux. Ce n’est pas mauvais de chercher à impressionner sexuellement ou d’essayer de nouvelles pratiques sexuelles extra pour s’épanouir. Il n’ya pas de mal à se faire du bien.

Mais intégrer la discipline dans sa vie sexuelle  est   la clef de voûte  d’une relation sexuelle saine,   épanouie et plus durable.

The Bridge Magazine respecte le point de vue de M. David. Sans toutefois jouer les trouble-fête,  nous  reconnaissons tous que choper  une MST, surtout une maladie médicalement incurable, est  beaucoup moins romantique  que le débat le plus gênant sur la  santé sexuelle.

Ceci dit,  tourtereaux et tourterelles même en roucoulant, devraient toujours tenir compte  que la santé n’a pas de prix.

 D’autant plus que les statistiques récentes de  l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur les infections sexuellement transmissibles (IST)  interpellent même les plus distraits ou  les moins  avertis.  

En Décembre 2015 l’OMS dans son  Aide-mémoire N°110  déclare que  chaque jour, plus d’un million de personnes contractent une infection sexuellement transmissible.

Ce qui  fait aussi  froid au dos  tout en renforçant  le point de vue de The Bridge Magazine sur la question,  sont  les faits  récents du site ‘Ask Men’.

le 12 février 2016,  en  exclusivité,  à la suite d’une enquête sur l’amour et la sexualité deux jours avant la  St Valentin, Ask Men publie que  ‘‘ 35 pour cent des hommes ont confirmé qu’ils étaient partant le jour de la St Valentin pour une nuit d’expérience sexuelle  avec une  inconnue, contre  12 pour cent des femmes  déterminées à concrétiser le même fantasme charnel.”

En tant qu’êtres humains, si la satisfaction sexuelle est un besoin physiologique, le plaisir sexuel est vital  pour notre équilibre  émotionnel et physique.

Des adultes consentants  peuvent s’embarquer dans une aventure sexuelle pour une nuit, à moyen ou à long terme. Il faut   également  être conscient du  gros risque qu’on court pour ce genre de rencontre  frivole. Une fois averti, on peut ainsi  décider quand, où,  comment et avec qui  expérimenter  certains actes sexuels.

I- Des rapports sexuels  oraux aux rapports anaux, certaines pratiques sexuelles peuvent être des  sources  d’inspiration et contribuer à l’épanouissent sexuel du couple.

  • Les rapports oraux génitaux

Très sensuelle, la bouche joue un rôle important dans la sexualité. Il peut être très agréable de vous lécher, sucer  et embrasser mutuellement le corps.

Le NHS Choice (Le Site du  Ministère de la Santé Publique Britannique)  définit les rapports oraux génitaux  comme suit:

Lorsque vous stimulez  les organes génitaux de votre partenaire  de votre bouche,  vos lèvres ou votre  langue. Cela pourrait impliquer sucer ou lécher leur pénis (également appelé fellation), leur vagin, leur  vulve ou leur clitoris (cunnilingus), ou leur anus (anilingus -également connu comme «rimming»). La fellation est l’acte de stimuler le pénis d’un homme avec vos lèvres, votre  langue, votre  bouche ou  votre gorge, le plus souvent en léchant ou en suçant.

  • Les rapports anaux

On parle de rapports anaux (ou sodomie) lorsque l’homme introduit son pénis dans l’anus d’une femme ou d’un autre homme. Pour les hétérosexuels, cette pratique est restée taboue très longtemps. Aussi n’est-il conseillé de s’y adonner que si les deux partenaires sont  mutuellement consentants.

Les  rapports anaux   sont tout type d’activité sexuelle qui implique la région anale entre autre :

  • La pénétration  de l’anus avec un pénis
  • La pénétration de l’anus avec les doigts ou des objets  sexuels, (vibrateurs et godemichets,)
  • La stimulation de l’anus à l’aide de la bouche ou de la langue
Un couple épanoui. Intégrer la discipline dans sa vie sexuelle est la clef de voûte d'une relation sexuelle saine, épanouie et plus durable. Une fois averti, on peut ainsi décider quand, où, comment et avec qui expérimenter certains actes sexuels. The Bridge MAG. Image

Un couple épanoui. Intégrer la discipline dans sa vie sexuelle est la clef de voûte d’une relation sexuelle saine, épanouie et plus durable. Une fois averti, on peut ainsi décider quand, où, comment et avec qui expérimenter certains actes sexuels.
The Bridge MAG. Image

En amour,  il n’y a rien de tel que prendre et donner du plaisir  à quelqu’un pour qui vous éprouvez un désir sexuel  ardant, et surtout lorsqu’il est mutuel.

La fellation ou le  cunnilingus  sont rarement des pratiques sexuelles qu’on expérimente avec des personnes qu’on ne connait ni d’Adam  ni d’Ève. (Quand on rencontre un partenaire sexuel  un soir   dans une discothèque ou un bar si l’on veut préserver sa santé  on se garde de pousser le vice très   loin : on n’embrasse pas  sur la bouche,  on n’a pas de pénétration anale ou vaginale sans préservatifs.)

Selon la clinique de Médecine Génito-Urinaire (GUM), il est  fort probable d’acquérir plusieurs formes de maladies sexuellement transmissibles par voie  oral, si l’autre partenaire  sexuel est infecté.

Bien que la fellation  et le cunnilingus puissent s’avérer efficaces dans la recherche de l’orgasme  et l’épanouissement sexuel du couple,   il reste primordial  pour les deux partenaires sexuels d’être en parfaite santé ou de se préserver même s’ils font déjà la maladie pour que leur état de santé ne se détériore.

II-  Principales raisons pour lesquelles  les rapports oraux et anaux  rendent les couples vulnérables aux Maladies Sexuellement Transmissibles  

Les infections sexuellement transmissibles se transmettent principalement par contact cutané (par l’utilisation de l’aiguille intraveineuse, la transfusion sanguine) lors d’un rapport sexuel vaginal, anal ou oral.

La syphilis, la gonorrhée, l’herpès, les verrues génitales et le VIH / SIDA  sont  parmi les plus fréquentes.

Les chercheurs ont découvert des informations utiles sur les MST, mais  plusieurs continuent à ignorer ces infections socialement taboues.

 Être conscient du risque des rapports sexuels ne devrait pas non plus affecter votre performance sexuelle ou votre libido en général. Nous avons tous besoin d’équilibre sexuel pour nous épanouir un tant soit peu. The Bridge MAG. Image


Être conscient du risque des rapports sexuels ne devrait pas non plus affecter votre performance sexuelle ou votre libido en général. Nous avons tous besoin d’équilibre sexuel pour nous épanouir un tant soit peu.
The Bridge MAG. Image

Il est important de communiquer  honnêtement avec son partenaire sur ses expériences sexuelles antérieures. Si possible  de se partager les  résultats  d’un bilan  de santé.

Conseils pratiques

 La réduction  du nombre de partenaires sexuels,  la promotion de l’utilisation des préservatifs lors des rapports sexuels,  réduisent  drastiquement les risques  d’infection.

Utilisez des lubrifiants à base d’eau. Ils sont  disponibles en  pharmacie. Les lubrifiants en  lotion ou crème hydratante sont susceptibles de  fragiliser  les préservatifs qui peuvent se rompre lors des rapports sexuels.

Les couples hétérosexuels  devraient utiliser un nouveau préservatif  chaque fois qu’ils  passent aux rapports anaux après une pénétration vaginale et vice-versa.  Ceci  permettra d’éviter le transfert des bactéries de l’anus vers le vagin et de prévenir une  infection urinaire (l’intestin et le tour de l’anus comportent des bactéries qui ne doivent en aucun cas parvenir dans le vagin.)

La sodomie peut même provoquer des saignements importants dans l’intestin.

Très sensibles, l’anus et le bout de l’intestin (rectum) risquent de se déchirer.

Lorsqu’ils sont utilisés correctement et avec constance, les préservatifs constituent l’une des méthodes de protection les plus efficaces contre les IST, y compris le VIH. Les préservatifs féminins sont efficaces et sûrs, mais ne sont pas aussi largement utilisés que leurs équivalents masculins.

Les rapports sexuels non protégés dans toutes leurs formes (orale, anale et vaginale…) sont susceptibles de propager  les MSTs et le Sida surtout que les préservatifs ne sont pas toujours fiables  à 100%.

La plupart des experts considèrent cependant que  les rapports sexuels anaux  sont  la forme la plus dangereuse de l’acte sexuel  dans  la transmission des MSTs, ceci  en raison de la présence d’un grand nombre de microbes autour de la région anale. Et même quand les préservatifs sont utilisés, ils sont susceptibles de se casser à  cause d’une plus grande friction par voie anale.

On retrouve les taux les plus élevés de MSTs   chez les populations vulnérables et les plus concernées : les adolescents, les professionnels  du sexe, les hommes  qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes,  les consommateurs de drogues injectables, les détenus de prison et  les populations mobiles.

Être conscient du risque  des rapports sexuels  ne devrait pas non plus  affecter votre performance  sexuelle ou votre  libido en général.

La performance sexuelle peut  révolutionner positivement l’estime de soi,   l’équilibre  psychique  et physique  des amoureux. Nous avons tous besoin d’équilibre  sexuel  pour nous épanouir un tant soit peu.

Joyeuse St  Valentin tardive !

L’éditrice

Rachel Tcheungna

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.